READY

couRsE of Action conception anD AnalYsis

2018 – financé sur fonds propres

READY est un outil permettant de concevoir des scénarios et des plans d’action pour les militaires, la sécurité civile ou organisation, de les simuler en les confrontant à des ennemis, des désastres ou des événements exceptionnels, de les modifier de façon itérative et de les comparer.

Ce projet se base sur la simulation SWORD, simulation multi-agent constructive agrégée et automatisée grâce à la technologie DirectAI, middleware d’intelligence artificielle  de modélisation de comportements humains ou non humains.

Le projet READY vise donc à proposer un outil inédit sur le marché permettant à la fois :

  • de se former en apprenant l’impact de décisions et de plans d’actions dans un monde simulé,
  • de concevoir et d’évaluer la solidité et la résilience de plans de manoeuvre, d’intervention et de secours en les confrontant à divers événements, ennemis, catastrophes, ….
  • de faire de l’analyse opérationnelle : est ce que mon plan d’intervention serait plus efficace si j’avais plus d’équipements ? plus d’homme ? d’autres types d’équipement ? que se passerait-il si les équipes agissaient autrement ? si l’ennemi avait un autre plan ?
  • de faire du support à la prospective afin d’anticiper les besoins futurs en terme d’équipements et de doctrine. Ainsi, par exemple, il est possible de tester l’efficacité et l’intérêt de nouveaux systèmes d’armes ou de nouveaux équipements.

Plus formellement, le but de READY est de pouvoir éditer des ‘Courses of Actions’ (COA) (variations sur un même scénario) pour les comparer visuellement (lecture de plusieurs  COA en parallèle) ou statistiquement (via des indicateurs comparés par analyse de nombreux jeux du même COA).

Léger, cet outil fonctionne sur des ordinateurs portables du marché et s’installe facilement en quelques clics.

CARACTÈRE INNOVANT :

Les outils existants sur le marché dans le domaine de la sécurité civile visent principalement à aider les décideurs à formaliser le plan d’action. Ici la solution proposée va beaucoup plus loin et permet de concevoir le plan mais également de le simuler, de revenir en arrière tel un magnétoscope, changer en hypothèse (plus de moyens, moins de moyens, plus de blessés, plus d’ennemis, autre action ennemi, un autre désastre…) et le re-tester afin d’évaluer sa solidité et sa résilience face à un grand nombre d’environnements.

Plus en amont, les décideurs pourront l’utiliser pour faire de l’analyse opérationnelle d’une part (laboratoires de prospective) et la formation d’autre part (Formation à la tactique, à la conception de plan, etc.)

Enfin, la simulation n’étant pas déterministe, il est également possible de simuler un grand nombre de fois un même scénario afin d’identifier les variantes possibles d’évolution de la situation.

Un outil de comparaison et d’analyse des résultats de simulation complète la proposition d’outil, accompagné éventuellement dans le futur d’une solution de machine learning afin de traiter le grand volume de données générées et d’optimiser les plans d’action.

Pour aller plus loin, il est parfaitement envisageable de proposer cet outil dans les cellules de crises ou dans les cellules de commandement (ce qui a été proposé dans le cadre du projet KEOS comme outil de support à la décision en offrant une possibilité de simulation rapide , portable et réaliste du plan face à une situation qui, classiquement, ne correspond pas à la situation prévue lors de sa conception.